Bombardier utilise des cookies pour améliorer votre expérience en ligne. Notre politique sur les cookies décrit les cookies que nous utilisons et vous explique comment les désactiver. En poursuivant votre navigation sans désactiver les cookies, vous acceptez que nous utilisions des cookies.

Perspective

Bombardier mène la charge pour une adoption accrue de carburants avions de remplacement durables

L’industrie de l’aviation d’affaires – quoique méconnue – affiche une feuille de route supérieure en matière de gestion de l’environnement. L’efficacité carburant de l’industrie s’est améliorée de 40 % depuis 40 ans; et l’aviation d’affaires travaille activement à réduire davantage son impact environnemental. De la raréfaction des ressources limitées aux pressions de la réglementation, l’industrie collabore et innove sans cesse pour une atmosphère plus propres, et Bombardier Avions d’affaires mène la charge.

Il y a exactement dix ans, la General Aviation Manufacturers Association (GAMA) a créé son Comité Environnement pour représenter les objectifs environnementaux de l’industrie, établir des politiques et élaborer un cadre de travail approprié pour atteindre ces buts.

Le Comité Environnement, présidé par David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires, a un mandat essentiel : il est chargé de s’assurer que les membres de la GAMA participent pleinement et activement au façonnement des initiatives et de l’impact environnemental  de l’aviation en général.

Une industrie doté d'une vision

En 2009, la GAMA et le Conseil international de l’aviation d’affaires (IBAC) – l’organisme qui représente les exploitants d’avions d’affaires auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) – ont présenté conjointement le Business Aviation Commitment to Climate Change (BACCC) – un engagement mondial à l’échelle de toute l’industrie pour atténuer les changements climatiques. Le BACCC a été élaboré en soutien à la Déclaration du Conseil de l’OACI sur l’aviation internationale et les changements climatiques pour répondre au besoin d’une démarche sectorielle mondiale dans la foulée du Protocole de Kyoto. Tout comme l’aviation commerciale, l’aviation d’affaires s’est engagée à atteindre trois objectifs :

  • une amélioration annuelle moyenne de l’efficacité énergétique de 2 % de 2010 à 2020;
  • une croissance neutre en carbone à compter de 2020; et
  • une réduction de 50 % des émissions de CO2 d’ici 2050 par rapport à celles de 2005.

Bombardier a joué un rôle essentiel dans cette initiative et, en collaboration avec de nombreux organismes et entreprises de l’industrie, elle a conçu un plan pour parvenir à atteindre ces objectifs, un plan qui repose sur les quatre principaux domaines d’intervention suivants :

  • Technologie
  • Améliorations infrastructurelles et opérationnelles
  • Mesures fondées sur le marché
  • Carburants de substitution

Du côté de la technologie, grâce aux investissements et aux innovations des avionneurs, l’industrie continue de progresser à grands pas sur le plan de l’efficacité des avions. De nouveaux moteurs et des progrès en aérodynamique contribuent à réduire la consommation de carburant – ce dont bénéficient tant l’environnement que les clients.

Lancés récemment, nos biréacteurs d’affaires Global 5500 et Global 6500 constituent un excellent exemple de progrès technologiques. Grâce à leurs ailes redessinées et leurs tout nouveaux moteurs Rolls-Royce sur mesure, les avions Global 5500 et Global 6500 sont jusqu’à 13 % plus efficaces que leurs prédécesseurs, les avions Global 5000 et Global 6000.*

Des mesures fondées sur le marché prises à l’échelle mondiale, comme le Régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA) de l’OACI, sont utilisées pour compenser les émissions de CO2 conjointement avec les améliorations générées par les autres domaines d’intervention. La mise en œuvre d’améliorations infrastructurelles et opérationnelles a progressé plus lentement et la collaboration continue de toutes les parties prenantes est essentielle pour sa réussite. 

Sous les feux de la rampe

Le seul domaine où l’industrie toute entière tire de l’arrière est celui du développement, de la disponibilité et de l’utilisation de carburants de substitution durables, c’est-à-dire la catégorie de carburants non basés sur le pétrole (ou à composants mixtes). Les carburants de substitution durables sont beaucoup plus propres que le carburant classique. Ces carburants verts sont produits à partir d’éléments allant de l’huile de cuisson aux résidus agricoles, en passant par les huiles végétales, les déchets municipaux solides, les effluents gazeux, les sucres et la biomasse cultivée à cette fin – dont beaucoup contribuent à la réduction des émissions durant tout leur cycle de vie. Ainsi, par rapport aux carburants fossiles qui génèrent beaucoup de CO2 au stade de la production comme à celui de la consommation, le carburant non conventionnel à production durable permet une réduction nette des émissions de CO2 durant tout la durée de son cycle de vie, même en tenant compte des émissions produites dans la culture, la récolte, le transport, le traitement et le raffinage d’une matière première donnée utilisée dans la production.

Les carburants de substitution durables sont sûrs. Ils ont subi des essais rigoureux et ont été approuvés conformément aux strictes exigences des spécifications D7566 relatives au carburant de l’American Society for Testing and Materials. Ces carburants de substitution sont certifiés comme « interchangeables » ou prêts à être utilisés. Ils possèdent des propriétés, qualités et caractéristiques similaires à celles des carburants « Jet A » et « Jet A‑1 », de sorte que les avions ont les mêmes performances dans toutes les conditions – les exploitants n’ont pas à les faire voler différemment et aucune modification ne doit être apportée à l’équipement des avions. Comme les avions en service sont prêts et en mesure de voler avec des carburants de substitution durables dès aujourd’hui, les produits existants peuvent avoir une incidence positive immédiate.

Il existe pourtant encore un défi à relever: la confiance en ces carburants verts est faible, et ils font l’objet d’un scepticisme élevé. En mai 2018, la GAMA, l’IBAC, la National Air Transportation Association (NATA), la National Business Aviation Association (NBAA) et l’European Business Aviation Association (EBAA) ont conjointement lancé une initiative à l’échelle de l’industrie afin de dissiper ces idées fausses, de mieux faire connaître ces carburants durables et, enfin, d’en accroître l’adoption. Le Business Aviation Guide to the Use of Sustainable Alternative Jet Fuel (Guide) a été publié pour mobiliser l’ensemble des partenaires, clients, fournisseurs et parties prenantes de l’industrie pour faire des carburants verts un ingrédient courant des décollages et des atterrissages aux quatre coins de la planète.

En regardant vers l’avenir?

Après la publication du Guide, l’industrie a reconnu qu’il lui restait encore beaucoup de travail à faire. Dans les prochains mois, des programmes pilotes sont prévus pour démontrer la durabilité des carburants de substitution dans certains aéroports d’avions d’affaires sélectionnés. C’est à suivre – vous pourriez voir sous peu des carburants de substitution durables dans un terminal de services aéronautiques à l’aéroport près de chez vous.

C'est facile de voler vert

Bombardier Avions d’affaires a prêché par l’exemple au salon de la NBAA à Orlando, cette année, où sa flotte de démonstration s’est rendue à l’aide de carburants avions de remplacement durables. Ces vols soulignent que les produits sont prêts et capables de voler à l’aide de ces carburants verts dès maintenant.

Global 6000

Articles connexes

  • La définition de l’exceptionnel à travers l’Expérience client
    Perspective

    La définition de l’exceptionnel à travers l’Expérience client

    De Christopher DiRaddo - 12 septembre 2019

    L’équipe Expérience client de Bombardier relève la barre en élargissant son offre mondiale de service à la clientèle et en transformant l’expérience après-vente.

    Aller à l'article
  • Comment éviter l’éléphant dans la salle des spécifications
    Perspective

    Comment éviter l’éléphant dans la salle des spécifications

    De Bombardier Business Aircraft - 05 août 2019

    Pourquoi les options sans frais peuvent peser lourd dans la balance

    Aller à l'article

Articles récents

  • Challenger 350 : Le meilleur s’est amélioré
    Avions phares

    Challenger 350 : Le meilleur s’est amélioré

    De Renée Morrison - 17 juillet 2020

    L’avion d’affaires Challenger 350 vient de célébrer une étape marquante : sa 350e livraison. En soi, cet exploit est déjà impressionnant. Mais de l’avoir réalisé moins de six ans après son entrée en service témoigne de combien cet avion superintermédiaire best-seller continue d’établir la norme en fait de performance, de confort, de fiabilité et de vol en douceur – et de combien les récents investissements contribueront à le maintenir longtemps en tête de file.

    Aller à l'article
  • Duo de puissance
    Avions phares

    Duo de puissance

    De Michael Stephen Johnson - 12 février 2020

    Les biréacteurs d’affaires Global 5500 et 6500 de Bombardier redéfinissent ce que signifie avoir luxe et performance dans une seule et même expérience de vol.

    Aller à l'article